SGSOC: Le Mauvais Projet au Mauvais Endroit

 

Ce court documentaire préparé par EIA présente des entretiens avec les membres des communautés locales de la région sud-ouest du Cameroun, concernant les impacts négatifs d’un projet controversé de plantation de palmiers à huile. Le projet, mené par Sithe Global Sustainable Oil Cameroon (SGSOC), a non seulement dépossédé les membres des communautés locales de leurs terres, mais a également menacé des hotspots de biodiversité, sans tenir ses promesses en matière de développement local.

Depuis qu’un bail foncier lui a été accordé, le projet de plantation de palmiers à huile de SGSOC a été associé à de nombreuses formes d’illégalités. La société a entamé la défriche de centaines d’hectares de forêts tropicales et l’exportation du bois récolté à partir de la concession sans l’autorisation requise du gouvernement camerounais. Le projet a également été lancé sans présenter une étude d’impact environnementale complète tel que requise par la loi.
Au cours des dernières années, le Cameroun a connu une forte augmentation de la demande pour de vastes étendues de terres dédiées au développement de plantations de palmiers à huile, en raison des conditions biophysiques propices à l’expansion de cette culture. Plus d’un million d’hectares de terres ont été récemment sollicitées pour les plantations de monocultures à grande échelle. Dans de nombreux cas, ces acquisitions de terres présentent un risque élevé d’impacts négatifs sur les communautés locales qui dépendent de la terre et des forêts pour l’agriculture de subsistance à petite échelle, la chasse et la cueillette des produits forestiers non ligneux. Les promesses d’emplois locaux, de développement des infrastructures, notamment les routes, les écoles et les centres de santé et d’électricité pour les populations locales ont été avancées pour justifier d’avantageux baux fonciers accordés aux entrepreneurs. Malheureusement, la plupart des cas révèlent l’exploitation abusive des ressources naturelles, tandis que les promesses de développement local ne sont généralement pas tenues.